Sécuriser les données d’aujourd’hui contre les adversaires de demain. 

Les communications numériques sont protégées par des technologies liées à la cryptographie asymétrique. Peter Shor a démontré qu’un ordinateur quantique puissant permettrait de briser les schémas actuels. Qu’adviendrait-il si dans 5, 10 voire 20 ans certains secrets d’aujourd’hui étaient divulgués : échanges diplomatiques, transactions financières ou même données de santé ? Pour lutter contre cette menace, les cryptographes doivent accepter de ne pas se battre à armes égales. Avec des ordinateurs conventionnels d’aujourd’hui, il faut protéger les informations contre un adversaire quantique du futur. Le défi scientifique sous-jacent revient à trouver des opérations mathématiques simples à faire sur les appareils de tout un chacun, sans qu’une puissance de calcul démesurée ne puisse les défaire. Une modélisation de ces nouveaux problèmes consiste à imaginer une grille et un jeton, il est facile de décider si le jeton est proche de la grille. Mais si maintenant, au lieu de vous donner la grille, on ne vous donne que quelques points proches de celle-ci en plus du jeton, alors il est nettement plus complexe de déterminer si le jeton est dans un voisinage raisonnable de la grille. Le NIST (National Institute of Standards and Technology) a lancé une compétition internationale depuis fin 2016 pour chercher les futurs standards post-quantiques et a reçu 69 propositions valides. Après trois tours de sélection sur plusieurs années, on compte 2 schémas (BIKE et HQC) issus d’XLIM parmi les 9 finalistes pour le chiffrement de demain.

Lire la lettre Xlim.